« Mon projet préféré ? C’est le prochain. » Frank Lloyd Wright

Chaque nouveau projet suscite l’enthousiasme, l’ambition, la passion. Mais rares sont les projets ne nécessistant aucun financement.

Afin que le financement ne soit pas un frein à votre projet, votre expert-comptable TOTEM EXPERTISE vous accompagne vers la solution la plus adaptée à votre besoin.

Votre recherche de financement peut dépendre de plusieurs facteurs :

– bien évidemment le niveau de risque du projet

– la nature de votre projet

– la rapidité à laquelle vous avez besoin des fonds

– le capital personnel ou les garanties apportées par le dirigeant

– la forme juridique de votre société

Les sources de financement sont multiples :

le financement bancaire classique : c’est le mode de financement le plus utilisé. Il convient parfaitement dans le cas de rachat de fonds de commerce, d’acquisition de matériel ou bien de financement immobilier.

les différentes aides et compléments : Il s’agira ici de monter des dossiers complémentaires à votre financement initial. Que ce soit auprès de la banque publique d’investissements (BPI), des demandes de subventions ou bien d’aides diverses (Inovizi…)

les financements alternatifs : le cowndfunding peut par exemple parfaitement correspondre à de projets artistiques, associatifs ou des besoins de financements de l’économie sociale et solidaire.

les initiatives locales : comme par exemple le prêt d’honneur RDI (rhône développement initiative) dans le rhône

les financements  de start-up avec ou sans dilution de capital : il s’agira ici essentiellement de financement d’immatériel et de financement de croissance. Développement d’applications ou de sites web, conquête d’un marché avec d’importants besoins commerciaux à financer. Dans ce cas, il faudra respecter les différentes étapes de tours de tables afférentes au financement des start-up : Love money jusqu’à la preuve de marché, puis un premier financement bancaire complété par la BPI avant de se tourner vers des investisseurs de haut de bilan de type fonds d’investissement (avec entrée au capital ou émission d’obligations).

 

Les sources de financement sont multiples :

le financement bancaire classique : c’est le mode de financement le plus utilisé. Il convient parfaitement dans le cas de rachat de fonds de commerce, d’acquisition de matériel ou bien de financement immobilier.

les différentes aides et compléments : Il s’agira ici de monter des dossiers complémentaires à votre financement initial. Que ce soit auprès de la banque publique d’investissements (BPI), des demandes de subventions ou bien d’aides diverses (Inovizi…)

les financements alternatifs : le cowndfunding peut par exemple parfaitement correspondre à de projets artistiques, associatifs ou des besoins de financements de l’économie sociale et solidaire.

les initiatives locales : comme par exemple le prêt d’honneur RDI (rhône développement initiative) dans le rhône

les financements  de start-up avec ou sans dilution de capital : il s’agira ici essentiellement de financement d’immatériel et de financement de croissance. Développement d’applications ou de sites web, conquête d’un marché avec d’importants besoins commerciaux à financer. Dans ce cas, il faudra respecter les différentes étapes de tours de tables afférentes au financement des start-up : Love money jusqu’à la preuve de marché, puis un premier financement bancaire complété par la BPI avant de se tourner vers des investisseurs de haut de bilan de type fonds d’investissement (avec entrée au capital ou émission d’obligations).

 

Quel que soit le mode de financement vers lequel vous vous tournerez, les facteurs clés de succès de votre dossier sont :

VOUS : vous êtes porteur de votre projet et devrez convaincre de votre capacité à la mener à bien. Votre expérience professionnelle, vos diplômes, votre pitch et votre force de persuasion seront vos meilleurs atouts

La valeur de l’actif nécessitant le financement : votre besoin de financement doit être justifié et non sur évalué. Si le financeur détecte une survaleur, il ne vous la financera pas et vous devrez l’auto-financer

Votre business plan (ou prévisionnel) : il devra être cohérant. La progression de chiffre d’affaires devra être dument justifiée. Votre stratégie commerciale sera détaillée. Les différents ratios de marge, de masse salariale, de charges fixes devront être en adéquation avec ceux de votre secteur et surtout, votre résultat doit permettre de rembourser votre dette.

Plan du site :

Votre métier

Notre offre

Vos outils

Vos accès

Devis en ligne

Actualité

Le cabinet

Nous contacter

Vos questions

Mentions légales

Politique de confidentialité

ContactMissionsOutils